omega 3

Suppléments d’oméga 3 : comment évaluer leur qualité ?

Oméga 3

Les oméga 3 sont un groupe d’acides gras, respectivement appelés acide alpha-linolénique (ALA), acide eicosapentaénoïque (EPA) et acide docosahexaénoïque (DHA).

Qualité des oméga 3 Shutterstock

Ces lipides appartiennent à la grande famille des acides gras essentiels et – en vertu de ce caractère essentiel – ne peuvent être produits par l’organisme, mais doivent être introduits par l’alimentation.

Les oméga-3 sont des acides gras essentiels polyinsaturés (AGPI) et contiennent un certain nombre de doubles liaisons positionnées entre les atomes de carbone.

Ils ont de nombreuses fonctions vitales ou très importantes pour la santé. Cependant, en plus d’être rares dans l’alimentation, les oméga-3 s’abîment facilement.

En raison de leur sensibilité à la dégradation et de leurs nombreuses fonctions vitales ou de santé, ces acides gras essentiels (AGE) sont désormais largement disponibles et commercialisés sous forme de suppléments.

Oméga 3 dans les suppléments

Les compléments en oméga 3 sont utilisés pour prévenir ou compenser une éventuelle carence nutritionnelle et pour profiter de leur effet bénéfique sur les « maladies du bien-être ». Les suppléments d’oméga 3 peuvent contenir de l’ALA, qui est d’origine végétale, et/ou de l’EPA et du DHA, qui appartiennent principalement à des organismes sous-marins tels que les produits de la pêche.

En particulier, les sources d’oméga-3 les plus utilisées pour la formulation de compléments alimentaires sont les suivantes :

Pour l’ALA : graines oléagineuses, germe ou embryon d’autres types de graines et leurs huiles extraites. Pour l’EPA et le DHA : poissons gras des mers froides (comme le saumon), poissons gras (comme le maquereau), foie de poisson et huile d’extraction (comme le cabillaud), krill et huile d’extraction, algues et huile d’extraction, autres (comme le calmar), etc.

Pourquoi la qualité des suppléments est-elle importante ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, les oméga 3 sont des nutriments facilement périssables.

Ils sont particulièrement affectés par :

  • Oxygène
  • Radicaux libres
  • Lumière
  • La chaleur.

Cela vaut autant pour les compléments alimentaires que pour les aliments. En revanche, les oméga 3 contenus dans les aliments « naturels » (non transformés ou extraits) sont moins sensibles que ceux contenus dans les compléments.

Ceci est dû à :

  • Une meilleure protection contre les rayons du soleil
  • Une meilleure protection contre l’oxygène atmosphérique

Présence d’antioxydants tels que la vitamine E, notamment dans les organismes d’origine végétale.
Les aliments ont une limite de comestibilité qui peut favoriser l’apport d’oméga 3 « sains » au détriment des oméga 3 appauvris. Les aliments appauvris en oméga 3 sont presque toujours « mal conservés ». Il perd tout le caractère agréable nécessaire à sa consommation et est remplacé par un aliment sain, frais et riche en oméga 3.

Ces hypothèses montrent clairement à quel point il est important de définir une norme de qualité pour les suppléments d’oméga 3.

Suppléments d’oméga-3 : établir la qualité ?

La « qualité » est une caractéristique assez complexe. Lorsqu’il s’agit de suppléments d’oméga-3, elle concerne tous les aspects du cycle de production, du choix des matières premières à la composition finale.

La qualité des produits oméga 3 est mesurable et évaluable. Outre les exigences de base imposées par la loi (qui peuvent varier d’un pays à l’autre), les meilleures entreprises font appel à des organismes spécialisés qui délivrent diverses certifications de qualité.

Il existe deux grandes certifications pour les suppléments d’oméga-3 : FOS et IFOS™. Il s’agit d’une organisation non gouvernementale à but non lucratif fondée par Paolo Bray (directeur européen du Earth Island Institute pour le projet Dolphin-Safe).

FOS délivre une certification de qualité axée sur l’évaluation de l’éco-durabilité et basée sur les dernières études scientifiques.

omega 3 (1)

Les produits labellisés FOS (principalement les anchois, les sardines, les boutures de thon et le krill antarctique), qu’ils soient pêchés ou issus de l’aquaculture, sont produits conformément aux critères de conservation et de protection de l’habitat marin.

En outre, Friend of Sea privilégie les petites entreprises (qui représentent 50 % de la production de FOS), ce qui garantit des coûts d’exploitation faibles, abordables et durables.

Aujourd’hui, les compléments alimentaires (ou matières premières utilisées) qui bénéficient d’Ami des mers proviennent du monde entier et comprennent : des aliments pour animaux, des espèces de poissons, des huiles de poissons, etc.

Les contrôles sont effectués par des agences internationales et indépendantes, qui respectent pleinement les directives fixées par la FAO (Food and Drug Administration).

Certification IFOS™

IFOS est l’abréviation de « International Fish Oil Standards ».

Il s’agit d’une organisation indépendante qui analyse la qualité de la composition de l’huile de poisson et évalue sa teneur en oméga-3, la présence de contaminants et sa stabilité physique et chimique.

Composition

De nombreuses huiles de poisson contiennent des quantités importantes d’oméga 7 plutôt que d’oméga 3 ; l’IFOS garantit que le supplément est effectivement une source admirable d’EPA et de DHA.

Polluants

Malheureusement, la mer est riche en polluants répandus par l’activité industrielle (métaux lourds, dioxines, etc.). Ces contaminants peuvent pénétrer dans l’organisme des produits de la pêche et, de là, dans les compléments d’huile extraits. L’IFOS vérifie que les niveaux de ces éléments indésirables se situent dans la fourchette normale.

Intégrité

On sait que les oméga-3 sont des molécules instables, notamment l’EPA et le DHA d’origine animale. La conservation des matières premières, la méthode d’extraction et de stockage, ainsi que le cheminement total du complément fini, peuvent avoir une incidence négative sur la stabilité des oméga 3 en les faisant rancir. L’IFOS garantit que les graisses essentielles sont intactes, métaboliquement actives et non nocives.

Pourquoi les utiliser ?

Les compléments oméga 3 les plus populaires contiennent principalement des acides docosahexaénoïque et eicosapentaénoïque.

Il est courant de désigner l’ALA, l’EPA et le DHA comme des « acides gras essentiels » (AGE).

Cependant, le seul qui soit réellement nécessaire est (ou devrait être) l’acide alpha-linolénique (que le corps humain utilise comme substrat pour obtenir les deux autres).

omega 3 (1)

Cela n’enlève rien au fait que les acides eicosapentaénoïque et docosahexaénoïque remplissent diverses fonctions cruciales, notamment pour le fœtus, l’enfant, les personnes âgées, les cardiaques et les personnes souffrant de dysmétabolisme. C’est pourquoi les organismes de recherche invitent aujourd’hui les gens à ne pas sous-estimer son importance nutritionnelle.

Dans le passé, seule la quantité totale d’oméga-3 dans l’alimentation était importante, alors que les nouvelles recommandations établissent un niveau minimum de sécurité pour l’EPA et le DHA également. On sait maintenant qu’un éventuel « défaut métabolique » (vieillesse, médicaments, etc.) peut altérer la transformation de l’ALA en dérivés EPA et DHA, favorisant ainsi leur carence et augmentant leurs besoins nutritionnels.